1. Accueil
  2. /
  3. Histoire des cabarets parisiens

Histoire des cabarets parisiens

Une brève histoire du cabaret à Paris

Les cabarets font partie intégrante de l’histoire culturelle et artistique de Paris. Lieux de réjouissances et de sociabilité, ils ouvrent leurs portes aux curieux depuis près de 150 ans. Avec leurs spectacles originaux, accompagnés de nourriture et de boissons, ils incarnent le divertissement dans toute sa splendeur. Retour sur l’histoire des cabarets parisiens, depuis leur création jusqu’à nos jours.

histoire cabaret parisien

Les origines du cabaret à Paris

Aux origines et jusque dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le cabaret était un logement où l’on servait à manger et à boire. Dans la capitale française, il existe alors trois types de cabarets :

  • les cabarets à pot et à pinte, dans lesquels on peut uniquement boire ;
  • les cabarets à pot et assiette, où l’on mange aussi ;
  • les auberges qui accueillent en plus les clients pour dormir.

L’histoire des cabarets parisiens évolue en 1881, lorsqu’un homme, Rodolphe Salis, crée le Chat Noir à Montmartre. Il décide de compléter les repas arrosés de divertissements variés : lectures de poésie, théâtre d’ombres, chansons et scénettes comiques. Salis présente lui-même chaque numéro du show et teinte ses commentaires de satire politique. Le Chat Noir connait un succès fulgurant. Son concept, qui consiste à se restaurer tout en assistant à des spectacles dans une atmosphère défiant la morale bourgeoise, se répand à Paris. C’est la naissance du cabaret tel qu’on le connaît encore aujourd’hui !

Découvrez L’Oiseau Paradis, le spectacle du Paradis Latin, le plus vieux cabaret de Paris.

L’histoire des cabarets parisiens à la Belle Époque

Les cabarets foisonnent dans Paris dès la fin du XIXe siècle, au moment où l’on fête les 100 ans de la Révolution. Les Parisiens peuvent s’y divertir à loisir en faisant fi du sérieux bourgeois. Sur la Rive gauche, Montparnasse et le Quartier Latin diffusent cet esprit léger et festif du cabaret. Sur la Rive droite, c’est à Pigalle et Montmartre que les spectacles burlesques s’épanouissent.

Au tournant du XXe siècle, le cabaret prospère en même temps que les années glamour. Il tire profit de l’exaltation de la Belle Époque. L’économie est florissante, la vie tranquille, les Français ont de l’argent à dépenser et veulent s’amuser. Les bas prix des cabarets permettent aux artistes, intellectuels, bourgeois et ouvriers de s’y côtoyer gaiement.

Danseur.euse.s, chanteur.euse.s, jongleur.euse.s, clowns et autres artistes habitent la scène et font vibrer le public en quête de divertissements. Les styles se mélangent : danse et chant, comédie et théâtre, transformisme, effeuillage burlesque. Le tout-Paris est fasciné par les spectacles légers des cabarets. Le French Cancan est mis à l’honneur et, avec lui, l’émancipation de la femme. Les danseuses de cancan, comme La Goulue, sont immortalisées dans les tableaux de Toulouse-Lautrec.

histoire cabaret paris belle époque
histoire cabaret parisien paradis latin

Le Paradis Latin, le plus vieux cabaret de Paris

Le Paradis Latin, le plus vieux cabaret de Paris, participe très largement à cette effervescence et à l’histoire des cabarets parisiens.

Situé en plein cœur du Quartier Latin, à quelques pas de Notre Dame et du Panthéon, l’histoire du Paradis Latin commence au début du XIXe siècle lorsque Napoléon décide de construire un théâtre à la place du collège du Cardinal Lemoine en 1803.

Puis, le Théâtre Latin est frappé par un obus lors de la guerre franco-prussienne de 1870. En 1889, l’année de l’Exposition Universelle de Paris, il est reconstruit par Gustave Eiffel. Le cabaret du Paradis Latin est né et devient un lieu de plaisirs variés de renom.

Encore aujourd’hui, l’histoire des cabarets parisiens fait partie intégrante de l’identité de Paris. Le Paradis Latin jouit d’une réputation solide. Ce cabaret contemporain propose des revues époustouflantes qui perpétuent la tradition des spectacles de la Belle Époque, tout en étant adaptées à l’air du temps.